Le cauchemar russe

en co-édition avec les éditions l’Inventaire

Abécédaire de clichés et délires occidentaux est le premier livre écrit par Matthieu Buge et édité Les Éditions du Courrier de Russie en partenariat avec L’inventaire

Commander le livre

La Russie, c’est quoi pour vous ? Ours-balalaïka-vodka ? Pas très original. Alors, Kremlin-Sibérie-tyrans ? Pas très rigolo.

Français vivant à Moscou, représentant de cette génération nourrie au biberon droits de l’homme, chute des murs et mort des idéologies, Matthieu Buge s’applique ici, avec passion, colère, humour et, çà et là, une bonne dose de mauvaise foi, à renverser, en 26 lettres (d’AgitProp à Zbigniew Brzezinski), nombre de clichés et fantasmes occidentaux sur la Russie.

Un livre poil-à-gratter, qui met sérieusement à mal la bonne conscience occidentale et, en parlant de l’Est de l’Europe, tend un miroir à l’Ouest.

Matthieu Buge est né en 1984. Diplômé de Sciences Po Paris après des études littéraires et historiques, il collabore au développement de productions audiovisuelles et à diverses revues. À partir de 2006, il a multiplié les voyages dans une Russie qui l’a toujours passionné et où il a fini par s’installer en 2012.

Extraits

F – Froid

« Et quiconque a déjà mis les pieds dans le pays sait, certes une fois passé la douane, comme ses habitants se décongèlent rapidement. Ce que l’on peut appeler le raffinement de l’Européen moyen relève pour eux d’une réserve et d’une convenance souvent pesantes. On fait difficilement plus bouillonnant qu’un Russe happé par la conversation. Et, pour tout dire, eux-mêmes n’aiment pas le froid. Dans un de ces traits d’esprit dont il est coutumier, Poutine répondait un jour à un journaliste qui lui demandait ce qu’il pensait du réchauffement climatique : « Des palmiers à Moscou ? Je ne suis pas contre ». »

G – Gouvernance

« Je ne saurais précisément dire pourquoi ils ont jusqu’à maintenant plus ou moins résisté à la grande marche ivre de la globalisation – même si cet ouvrage prétend donner des clefs pour tenter d’y voir un peu plus clair. En revanche, j’ai entendu quelque part que la terre russe pouvait bien disparaître, tant qu’il y aurait un Russe sur la planète, la Russie continuerait d’exister… »

Informations complémentaires

En rupture de stock

Format 130*185 mm, impression noir et blanc
Volume 225 pages
Couverture
Couverture souple
Tirage 2000 copies
Langues français

Commander le livre